Contact Us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right. 

           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

LE CDN

TJP CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL D'ALSACE STRASBOURG

Le projet du TJP-Centre Dramatique National d’Alsace Strasbourg cherche à déployer et à rendre tangible la richesse de la création contemporaine, notamment en lien avec les arts de la marionnette. Ses trois grandes missions (Production, Diffusion et Recherche & Développement) définissent de multiples territoires d’expérimentation d’où émergent et se croisent les pratiques artistiques aussi bien professionnelles qu’amateurs. Les arts de la marionnette contemporaine questionnent les écritures d’aujourd’hui et proposent de nouvelles modalités de représentation, déploient une richesse infinie de formes qui, tout en s’appuyant sur des histoires et des techniques souvent ancestrales, s’actualisent, se renouvellent et nous surprennent. Le projet du TJP - CDN d‘Alsace Strasbourg vise à reconsidérer les pratiques artistiques engageant l’objet par jeux d’éclairages mutuels avec celles du corps et du mouvement, des arts visuels et de l’image. Il s’agit d’élaborer des articulations inattendues, de proposer des variations à nos façons de percevoir, à partir de cette triangulaire Corps-Objet-Image.

ÉDITO DE RENAUD HERBIN

L'HUMAIN ET LA MATIÈRE

Ré-animer le monde

Si l’humanité s’est construite dans la relation à la matière, par la possibilité d’agir sur elle et de la transformer, nous réalisons aujourd’hui combien les éléments d’une nature que l’on croyait domestiquée nous dépassent. Les scientifiques le certifient : nous sommes entrés de façon irréversible dans une nouvelle ère géologique, où les effets de l’anthropisation changent d’échelle. La Terre exige de nous de réinventer nos modes de pensée et d’action. Nous ne sommes plus maîtres de tous les paramètres. L’avons-nous seulement jamais été ?

Ce qu’explorent les marionnettistes et tous les artistes qui fondent leur travail sur la relation à la matière, c’est leur capacité à se décentrer. Ils ne sont jamais seuls. Ils sont pris dans un tissu d’interactions sensibles avec les matières du plateau. Ils ouvrent la voie à une autre façon d’envisager la scène du théâtre, dans le partage de la présence. Leur approche devient politique. Car ils savent que la matière ne leur appartient pas et ils fondent leur art sur l’expérience de la dépossession.

Les artistes que l’on retrouve au TJP, regroupés au sein de la plateforme Corps-Objet-Image, mettent en jeu les forces qui animent le monde. Ils stimulent notre faculté à imaginer. Ils cultivent le flou et l’indéterminé face à la diversité des présences minérales, végétales ou animales, vivantes ou inertes. Ils jouent avec une matière aux états changeants, gazeux, liquides ou solides. Ces artistes nous aident à ré-animer le monde[1], - à réhabiliter une vision animiste du monde, où le sacré et le magique contribuent à la construction symbolique d’un humain décentré.

La saison s’ouvre sur une constellation de propositions artistiques que nous pourrions parcourir de multiples manières :

Des mondes vaporeux, et insaisissables de Evaporated Landscapes ou de Hautes Herbes aux matières vibrantes de The voice of nature,

De l’étonnement face à la fragilité des contours de l’humain des Corps noirs, de Leeghoofd, de Joseph Kids ou de Mue, à sa relation directe à son environnement dans Milieu ou Archivolte,

Des statuts de présences et d’absences troublants dans Ombres blanches ou dans Poudre noire aux regards vers ce qui fait de nous des êtres sociaux avec Fratrie, L’Institut Benjamenta ou Je n’ai pas peur.

Les ramifications sont infinies et toutes légitimes. Et je vous laisse le plaisir de découvrir ce que tissent les artistes de la plateforme Corps-Objet-image.

Parce que le Centre Dramatique National d’Alsace Strasbourg bénéficie de missions et de moyens de production spécifiques, il est un lieu de création et de fabrique du sensible et occupe une place déterminante dans le paysage européen des arts de la marionnette. Il accompagne de nombreux projets en résidence, et vous propose de les découvrir dans leur plus grande fraîcheur.

Pour commencer, je suis ravi d’ouvrir la saison auprès de Célia Houdart, avec La vie des formes créée cet été au Festival d’Avignon dans le cadre des Sujets à Vif, la reprise de Milieu, l’impromptu créé au Giboulées 2016, et la création de Wax, tout public à partir de 3 ans.

Je vous invite à oser avec nous l’expérience d’un théâtre autrement, auprès des artistes qui font du jeu avec la matière une force pour reconsidérer la place de l’humain dans et face au monde.

RENAUD HERBIN

[1] Le numéro 3 de la Revue Corps-Objet-Image, qui sortira en juin 2017, regroupera artistes et chercheurs autour de cette thématique. À retrouver sur www.corps-objet-image.com