Contact Us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right. 

           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

MAN ANAM KE ROSTAM BOVAD PAHLAVAN / Théâtre / Danse / À partir de 8 ans

Sur scène, Ali Moini est accompagné d’un pantin métallique aux allures de squelette. Vêtu d’une combinaison parsemée d’anneaux, le performeur y accroche, l’un après l’autre, des mousquetons reliés à une multitude de fils. À mesure qu’il s’harnache, la marionnette de taille humaine prend vie grâce à un système de poulies reproduisant les gestes du danseur. Un véritable dialogue naît entre l’homme et sa machine dans un jeu de miroir.

man anam ke rostam bovad pahlavan

ali moini
compagnie selon l'heure
iran - FRANCE

présenté avec pOle-sud

mer 21 mars / 20H30
jeu 22 mars / 20H30

pOle-sud
8+ / 60’

Sur scène, Ali Moini est accompagné d’un pantin métallique aux allures de squelette. Vêtu d’une combinaison parsemée d’anneaux, le performeur y accroche, l’un après l’autre, des mousquetons reliés à une multitude de fils. À mesure qu’il s’harnache, la marionnette de taille humaine prend vie grâce à un système de poulies reproduisant les gestes du danseur. Un véritable dialogue naît entre l’homme et sa machine dans un jeu de miroir. A priori simple transmettrice ou traductrice de mouvement, la mécanique imaginée par l’artiste iranien questionne la place du sujet et de l’objet, du créateur et de son avatar. C’est par Rostam que j’hérite de ma gloire, proverbe perse donnant son titre au spectacle, fait référence à un héros mythologique : une figure emblématique utilisée pour dénoncer l’usurpation. Ce “solo” évoque les notions du double et de l’identification, mais aussi la volonté, la colère et l’acceptation.

Ali Moini est né à Chiraz, en Iran. C’est à Téhéran qu’il suit des études d’interprétation dramatique avant de rejoindre le Mehr Theater Group d’Amir Reza Koohestani où il est à la fois acteur et compositeur. Se formant à la danse au Forum Dança de Lisbonne, il s’oriente vers un usage très singulier du corps. À Strasbourg, Ali Moini a présenté la performance My Paradoxical Knives en 2013 dans le cadre des rencontres Cultures de Paix.

Crédits photos Alain Scherer

Ali Moini wird von einer metallischen, skelettartigen Puppe begleitet. Der Performer trägt einen Anzug mit aufgenähten Karabinern. Daran befestigt er Fäden, die ihn mit der menschengroßen Marionette verbinden. Je mehr er sich anschirrt, desto lebendiger wird die Puppe, die über ein System von Rollen die Bewegungen des Tänzers spiegelt. So entsteht zwischen dem Mann und seiner Maschine ein echter Dialog. Dieses “Solo” arbeitet an den Vorstellungen des Doppelgängers und der Identifikation.

Ali Moini is on stage with a metallic dummy that looks like a skeleton. Wearing a special suit, the performer hooks clasps on it that are connected to a multitude of strings. While doing so, the life-size dummy gradually comes to life thanks to a set of pulleys that reproduces the dancer’s moves. A true dialogue starts between man and machine. This “one-man” show touches on the notions of identity and of the doppelganger.

 

CONCEPT ET INTERPRÉTATION ALI MOINI / INSTALLATION SONORE SARAH BIGDELISHAMLOO, NIMA AGHIANI / SCÉNOGRAPHIE JULIEN PEISSEL, ALI MOINI / MACHINERIE JULIEN PEISSEL / LUMIÈRE STÉFANE PERRAUD